Maison(s) de Banyuls de Montferré


Maison
Nom féminin (latin mansio, -onis, de manere, rester)
· Famille noble.
· Membres d'une même famille vivant ensemble.
· Bâtiment construit pour servir de logement aux personnes.
· Lieu d'habitation.
· Ensemble des personnels civils et militaires attachés au service d'un grand personnage (roi, reine, empereur, prince, etc.).
Synonymes :
· Famille, lignée, dynastie, maisonnée, ascendance, descendance, filiation, généalogie, lignage, parenté, parentèle, race, souche, ménage, caste, clan, smala, tribu
· Domicile, appartement, demeure, foyer, gîte, habitation, home, logement, logis, pénates, toit, abri, propriété, hôtel, villa, mas, château, manoir, métairie, palais, bercail, chez-soi, home
· Eglise, loge, sanctuaire, temple
· Entreprise, établissement, manufacture
· Artisanal
Antonyme : étrangers, individu

› L'origine de la famille de Banyuls de Montferré se confond avec la création de la localité de Banyuls-dels-Aspres aux alentours de l'an Mil, dans le comté du Roussillon, correspondant aujourd'hui au département des Pyrénées Orientales en Catalogne du Nord.

› En ces temps là, une situation de frontière ouverte avec l'Islam pendant des siècles a créé en Catalogne une élite nobiliaire, dont fait partie la famille de Banyuls originelle, dotée d'une grande expérience militaire, puisqu'elle avait du bien souvent exercer la profession des armes.
La guerre contre l'Islam et l'expansion vers le Sud a été dans un premier temps le moyen le plus sûr d'accroissement de la puissance de la famille avec une consolidation de son patrimoine grâce aux partages de terres et d'alleux ou de fiefs après chaque conquéte, jusqu'au terme de la grande expansion au XIIIe siècle, avec les conquêtes des royaumes de Valence et de Majorque.

› La famille a su se maintenir en tant que grands féodaux, et a été tentaculaire en Roussillon depuis les origines de la Catalogne jusqu'à la Révolution Française, au cours de laquelle elle perd ses fiefs revendus en tant que "Biens Nationaux", se dispersant alors, dans l'Ariège, le Gard et les Baléares, puis en Mayenne, déracinée du sol catalan. Seule la branche de Mayenne a subsisté au XXe siècle.

› C'est l'étude sur une dizaine de siècles de la maison de Banyuls de Montferré, ou plutôt des maisons de Banyuls de Montferré: la pérennité de sa lignée, ses membres et ses alliances, mais également ses fiefs et implantations, qui est proposée ici.

› Maîtres de forges, diplomates, gouverneurs, militaires, templiers, chevaliers de Malte ou ecclésiastiques, magistrats, indépendantistes catalans, contrebandiers, contre-révolutionnaires, morts pour la France, châtelains catalans, ses membres ont à chaque génération eu une grande influence sur l'histoire des comtés du Roussillon et de Cerdagne, dépendants successivement de la Marche d'Espagne, du Marquisat de Gothie, de la dynastie d'Empurie, du Royaume de Majorque, de la Couronne d'Aragon et enfin de la Couronne de France par le traité des Pyrénées en 1659.

›  Banyuls, Bañuls ou Banyoles, certaines branches cadettes ont fait souche en Espagne, notamment à Valence, mais le lien a été perdu avec la branche principale dont ce site traite ici.

› En 1675, le fief de Montferrer est érigé en marquisat par Louis XIV: l'aîné de famille porte le titre de marquis de Montferrer, puis par usage de "Montferré", l'orthographe s'alignant sur la prononciation, ce patronyme étant progressivement utilisé pour désigner l'ensemble de la famille à partir de la fin du XVIIIe siècle.

› La famille est actuellement représentée par deux branches: la branche Roche de Banyuls de Montferré et la branche de Place de Banyuls de Montferré.

Comme le sens du mot "maison", sont ici mis en avant


© www.montferre.com 2013